Je prouve ma valeur
Aux tréfonds de la zone
Où gémit de douleur
Une fière amazone.

Dans un vieux cabanon
En dehors du hameau
Elle oublie le prénom
De mon frère jumeau.

J’insulte un guérisseur
Dans l’hôtel monégasque
Où j’observe ma sœur
Qui retire son masque.

Sans honte, j’abandonne
Des signes maléfiques
Pendant qu’elle s’adonne
A des plaisirs saphiques.

Elle s’allonge en string
Auprès d’un chêne-liège
Pour qu’au milieu du ring
Je tombe dans le piège.

Je contemple ma sœur
Dans sa robe de moire
Devant le confesseur
Qui brûle mon grimoire.

Devant la maison neuve
Où s’élève une treille
Elle accepte une épreuve
A nulle autre pareille.

J’éloigne d’un flâneur
La sainte aux yeux pervenche
Qui m’accorde l’honneur
De prendre ma revanche.

Sans voir le médaillon
Qui orne sa poitrine
J’enlève le bâillon
De ma sœur utérine.

J’approuve avec terreur
La blonde créature
Qui presque par erreur
Déboucle ma ceinture.

Camille de Archangelis
Poème extrait de
« Dans d’ombre de ma sœur » Editions des Archives Bidard 2012

Chaque quatrain est indépendant des autres.