Brisant mes chaînes

Vainquant la foule
Je dénude un nain blessé
Qui se déroule
Dans un étang asséché.

Ma croix m’enivre
D’un rire aux sanglots blasés
Et me fait suivre
Un bal aux lueurs fanées.

Je suis
La torche acide des révoltés
Morts.

Brisant mes chaînes
Je m’annonce au monde entier
Vêtu de haine
En hommage aux puits gelés.

En long cortège
Vous accouplerez mes cris
Brûlants de neige
Sur l’eau pavée des taudis.

Je suis
La torche acide des révoltés
Morts.

Camille de Archangelis
Paroles : Camille de Archangelis, Musique Richard Lellouche Groupe Paradoxe

Extrait de :
« Les armes du silence » Editions Caractères 1976

1976 Médaille d’argent du Club International de Relations Epistolaires (C.I.R.E.)
1977 Troisième prix du concours de la Haute Académie Littéraire et Artistique de France (H.A.L.A.F.)
1978 Prix d’excellence du Cercle International de la Pensée et des Arts Français (C.I.P.A.F.)